On aura particulièrement galeré pour mettre la main sur cette équipe qui semblait s’être volatilisée. En réalité les Compose it art n’étaient pas bien loin, ils n’avaient même pas bougé des locaux de l’iut. Alors pourquoi avons nous été si long à les trouver ? Très bonne question Monsieur Elkabbach, s’il vous reste du cirage, vous pouvez faire mes pompes.

Pour réparer cette terrible injustice nous sommes allé à leur rencontre en ce début de matinée pour prendre la température. Dans l’ensemble, l’équipe est détendue et sereine bien qu’ils se chamaillent pour savoir lequel a dormi le plus : « De toute façon, on s’en fout, ça n’intéresse personne ».

Leur scénario leur a permis de tourner essentiellement dans les locaux de l’IUT, ce qui nous rend encore plus perplexe quand au fait que nous n’ayons jamais réussi à les croiser : « Vous nous aimez pas c’est ça ? C’est pour ça que vous êtes pas venu nous voir » s’amusent-ils.

Mais au delà de tout ça, l’équipe semble bien partie puisque leur film est déjà en cours d’encodage et que ,sauf intervention maléfique ou autre loi de Murphy, leur rendu sera prêt avant l’heure fatidique. C’est toujours une bonne chose puisque ça leur laissera le temps de perfectionner leur vidéo faire la sieste.

Avant de partir et de les laisser tranquille j’ose leur demander leur avis sur le marché de l’asperge, et ils nous confient que le marché est devenu déprimant depuis l’entrée sur la marché du brocoli : « ça a bien foutu la merde le brocoli, c’est dommage les bonnes valeurs se perdent ». (Oui je sais cette question n’a strictement aucun intérêt ni aucun sens, mais c’est moi qui fait l’interview alors je fais comme je veux).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.