FF1J coffeAlors que le FF1J est pour moi une première, je ne peux m’empêcher d’écrire quelques lignes sur ce que je vis pendant ces 3 jours … intenses.

Faisant partie de l’équipe Com’ en tant que photographe, ma mission consiste à faire vivre le festival en agrémentant les articles des rédacteurs de jolies photos représentatives de l’événement. Je me balade au gré des demandes et des disponibilités des équipes.

Le job permet de prendre du recul tout en étant au cœur du festival ! Le jour, on essaie de rendre le tournage des équipes inoubliable en faisant ressortir la pression de la “deadline 50h” ; la nuit, on cherche des portraits subtils de gens qui tournent tant bien que mal, ou qui, (c’est le plus fréquent), glanent quelques heures de sommeil que la fatigue a bien voulu leur accorder.

Reportage-équipes-19 Dodo

Enfin, être photographe au FF1J implique de couvrir les parties importantes du festival comme les cérémonies d’ouverture et de clôture. Ces dernières reflètent l’impatience des équipes quant à l’annonce du thème final puis, celle du vainqueur. Bien sûr, donner un coup de main à un membre du FF1J est permis et c’est même la mission de tout le monde : s’entraider pour passer un WE inoubliable !

Cérémonie d'ouverture-24

Pour ma part, je passe un bon festival, particulièrement riche en photographies et pauvre en sommeil ! Je vous laisse maintenant, j’ai des images à publier ! 😉

 

Nico Petit.